Un retraité obligé de payer 100.000 euros de facture d’eau après avoir été squatté

PEXELS/STEVE JOHNSON

Selim n'avait pas mis les pieds dans sa propriété depuis 2018. Cette année-là, tout bascule pour l'homme qui possède un bâtiment à Saint-Ouen, en Seint-Saint-Denis. Des squatteurs s'installent et passent quatre ans. Quatre longues années de dégradations et de consommation d'eau excessive, rapporte le journal Le Parisien dans son édition du jeudi 22 septembre 2022. Les procédures seront ralenties par la pandémie de coronavirus, jusqu'à aboutir en août 2022 : un an après l'ordonnance d’expulsion délivrée par la justice, la police expulse les squatteurs. Ils découvrent l'immeuble saccagé, ravagé par les rongeurs, les déchets... et une infiltration d'eau. Un cauchemar qui n'est pas près de se terminer. En effet, l'homme âgé de 86 ans vient de recevoir une facture d'un montant de près de 100.000 euros par Veolia. Une ardoise de 97.852 euros précisément, pour les impayés successifs. Selim se rapproche de son assurance pour couvrir les frais, en vain : rien n'est pris en charge en cas de squat.

Le retraité devra-t-il s'acquitter de la facture d'eau ? Contactée par BFM TV vendredi 23 septembre 2022, Veolia a déclaré : "Nous avons appris par l'article du Parisien que les squatteurs ont dû laisser les robinets ouverts, mais nous ne pouvons présumer de l'utilisation de l'eau consommée." L'entreprise explique qu'une consommation d'environ 22.700m3 d'eau a été enregistrée et propose l'application "d'une prescription biennale, représentant une baisse de 17.153 euros" si "le titulaire du contrat (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite