Retraitée décapitée à Agde : que sait-on du suspect mis en examen ?

·2 min de lecture

Un homme de 51 ans a été mis en examen pour « assassinat » et placé en détention provisoire pour le meurtre de la septuagénaire, retrouvée décapitée à son domicile à Agde dans l’Hérault, mercredi soir, a annoncé le procureur de la République de Béziers lors d’une conférence de presse samedi 16 octobre. 

Il a été retrouvé en moins de 24 heures. Le principal suspect du meurtre de cette institutrice, retraitée, de 77 ans et mère de deux enfants, a été placé en garde à vue jeudi soir puis placé en détention provisoire par le juge des libertés et de la détention. Le corps de la victime avait été retrouvé à côté de la tête dans sa maison, mercredi soir à Agde, où elle résidait. C’est son fils qui avait donné l’alerte, s’inquiétant de l’absence de réponse de sa mère à ses appels. 

Raphaël Balland, le procureur de la République de Béziers a indiqué que « de nombreux éléments mettent gravement en cause » le principal suspect, lors d’une conférence de presse samedi 16 octobre. La vidéosurveillance à l’intérieur du domicile de la victime a montré un homme au gabarit similaire au gardé à vue. L’expertise a aussi permis de « mettre en évidence, l’ADN de la victime mélangée à l’ADN du suspect sur les gants en latex ensanglantés retrouvés sur les lieux du crime », a précisé Raphaël Balland. Voici ce que l'on sait du principal suspect. 

Lire aussi >>> Une femme retrouvée décapitée à son domicile dans l’Hérault

Ex-employé de la victime

Le suspect s’avère être l’ex-mari d’une ancienne femme de ménage qui travaillait pour la victime. En 2020, « la victime avait renvoyé cette femme de ménage, soupçonnant son mari, le gardé à vue, de lui avoir dérobé de l’argent alors qu’il effectuait chez elle...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles