Retraite : 3 avantages à repousser son départ

Le taux de liquidation de votre pension dépend de votre date de départ et du nombre de trimestres acquis, c'est-à-dire de votre durée d’assurance. Ce taux est compris entre 37,5 et 50% (50 % constituant le fameux "taux plein"). Si vous poursuivez votre activité une fois ce taux plein atteint, votre pension est majorée de 1,25 % par trimestre : c’est la « surcote ». Exemple ? Pour six mois supplémentaires travaillés, soit deux trimestres, vous majorez votre retraite de 2,5 % (2 x 1,25%), et portez le taux de liquidation de votre pension à 52,5 % (la surcote est appliquée à vie, pendant toute la durée de versement de la pension).

Depuis 2019, les retraités nés à compter de 1957 voient leur complémentaire rabotée de 10 % pendant trois ans (au plus tard jusqu’à leurs 67 ans) s’ils ne décalent pas leur départ d’un an, une fois le taux plein atteint (ceux qui ne disposent pas de tous leurs trimestres ne sont pas concernés car ils subissent déjà une décote viagère).

Attention, ce "malus" temporaire s’applique sur toute la complémentaire, majorations familiales incluses, et concerne aussi ceux qui prennent leur retraite anticipée pour carrière longue.

Pour y échapper, une seule solution : repousser son départ de douze mois. L’employeur ne peut vous le refuser et, au passage, vous gagnez une surcote pour votre retraite de base (lire plus haut) et des points en plus de complémentaire.

Les moins pressés peuvent enfin reculer la quille d’au moins deux ans. En plus de la surcote et des points (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles