Retraites : le gouvernement tente d'éteindre la polémique sur les femmes « pénalisées »

© Getty Images

Le gouvernement cherche à éteindre la polémique sur l’impact de la réforme des retraites sur les femmes, « un peu pénalisées » de l’aveu même du ministre des Relations avec le Parlement, Franck Riester. Une admission qui a permis à la gauche de dénoncer un projet « anti-femmes ».

« Je ne peux pas laisser dire que notre projet ne protégerait pas les femmes. Au contraire », a lancé Élisabeth Borne à l’Assemblée nationale, lors des questions au gouvernement, en réponse à la députée socialiste Mélanie Thomin qui a estimé que les femmes seraient « plus lourdement pénalisées » par le report de l’âge de départ à la retraite de 62 à 64 ans.

Longuement chahutée sur les bancs de la gauche, la Première ministre a assuré que la réforme réduirait « les inégalités inacceptables entre les femmes et les hommes au moment de la retraite ». « Nous protégeons les femmes qui ont des carrières incomplètes et hachées, les femmes qui ont commencé à travailler tôt, les femmes qui ont des petites pensions » a-t-elle insisté. « Les femmes seront les premières bénéficiaires de la revalorisation des petites pensions », a-t-elle ajouté.

LIRE AUSSI >> La réforme des retraites pénalise-t-elle les femmes ?

« La réforme contribuera à réduire l’écart de pension entre les hommes et les femmes » a encore promis la cheffe du gouvernement. Elle dénonce un « faux procès » mais espère que le débat parlementaire permettra de « continuer à enrichir le projet ».

La polémique est née d’un document dévoilé lundi, présenté par le gouvernement comme une étude d’impact de la réforme. Il montre que cette dernière va pousser les femmes à allonger leur carrière davantage que les hommes, tout en contribuant à réduire...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi