Rhume des foins : les bons traitements pour un printemps serein

Anne Rousseau
·1 min de lecture

Vous redoutez l’arrivée des pollens ? Pas de panique… Différents traitements permettent de bien contrôler les symptômes de cette allergie épuisante. On vous donne le mode d’emploi pour un printemps serein.

Indispensable : enrayer la réaction allergique

C’est l’objectif numéro un ! Vos alliés : les antihistaminiques, qui bloquent l’action de l’histamine, l’un des principaux médiateurs de la réaction allergique.

En pratique Les antihistaminiques se prennent par voie orale ou locale, dès les premiers signes de l’allergie. « Si l’on attend, le traitement sera moins efficace », souligne le Dr Ruth Navarro, allergologue, membre du conseil d’administration de la Société française d’allergologie. On les utilise durant quelques jours en continu, si besoin en cumulant les deux formes, puis on allège le traitement pour contrôler l’allergie. « Certains patients poursuivent les prises orales un jour sur deux ; d’autres les utilisent à la demande quand les symptômes réapparaissent ou en prévention s’ils pensent être exposés », poursuit l’experte.

En comprimés Faciles à utiliser (une prise par jour), ils agissent à la fois sur la rhinite et la conjonctivite. Ils ont la réputation d’endormir, mais les principes actifs de nouvelle génération (Aerius, Clarityne, Inorial, Kestin…) ne provoquent pas ou peu de somnolence. « Si c’est quand même le cas, on peut essayer une autre molécule de la même classe ou opter pour une administration locale », précise le Dr Navarro.

En spray nasal ou en collyre Sous ces formes, les antihistaminiques ont une action ciblée, nasale (spray Allergodil) ou oculaire (collyres Zalerg,...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi