Riad Sattouf : « Devenir père a changé mon rapport aux lecteurs »

©Marechal Aurore/ABACA

Riad Sattouf signe le sixième et dernier tome de « L'Arabe du futur », le plus personnel et émouvant de la série.  

Depuis 2014, Riad Sattouf fait de sa vie un roman graphique, contant l'histoire d'un garçonnet blond qui n'en revient pas de son enfance, contant les illusions perdues et donc les splendeurs et misères de celui qui se rêvait « L'Arabe du futur », son père. Étonné et placide, Riad grandit entre une mère bretonne et ce père syrien qui finit par enlever son dernier fils, le petit frère de Riad, pour l'emmener dans son pays. « L'Arabe du futur 6. Une jeunesse au Moyen-Orient (1994-2011) » révèle comment Riad, adolescent moqué à qui il n'arrive que des catastrophes, devient Sattouf, auteur traduit en vingt-quatre langues, comme c'est écrit sur la première page de cet ultime tome. L'heure y est douloureuse souvent, émouvante toujours, traversée d'éclats de dérision, de surprises du destin quand on le force un peu, de rencontres avec une bande de dessinateurs et d'une « robe à fleurs »… Riad Sattouf est aussi génial que paradoxal, il fend l'armure sur le papier et ne veut rien lâcher de « sa vraie vie ». Alors il botte en touche, flatte parfois, blague toujours, « ininterwievable » et drôlement irrésistible.             

ELLE. Ce livre est le dernier tome de la série, l'avez-vous dessiné dans un état d'esprit particulier ?             

RIAD SATTOUF. C'est drôle, non en fait ce n'est pas vraiment drôle, mais il y a un an, je suis tombé, je me suis cassé le bras, et je n'ai pas pu dessiner pendant cinq mois. Autour de moi, plein de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi