Richard Berry, déprogrammé de France 3 : la réaction inattendue de France TV

·2 min de lecture

Aux grands maux, les grands remèdes ? Mardi 16 février 2021, l'avocat de Richard Berry, Hervé Temime, était l'invité d'Anne-Elisabeth Lemoine dans son émission C à vous. L'ex-compagnon de Valérie Lemercier a évoqué les accusations de viols et agressions sexuelles qui reposent sur son client depuis la plainte de Coline Berry, fille du comédien... mais également la récente décision de France 3 d'avoir déprogrammé un film dans lequel Richard Berry était à l'affiche. En effet, vendredi 12 février 2021, la chaîne du service public avait annoncé que La Loi de Damien serait diffusé en prime time. Il n'en sera rien. Épinglée en direct par l'avocat du barreau de Paris, France 3 avait finalement communiqué de brèves explications envoyées directement sur le téléphone de la présentatrice. Mercredi 17 février 2021, France Télévisions a souhaité s'expliquer plus amplement.

"Vous savez ce qu'il s'est passé vendredi soir ? Un film dans lequel Richard Berry n'est qu'acteur, a été déprogrammé de France 3 au dernier moment ! C'est ça la présomption d'innocence ? (...) Voilà comment on lapide des gens !", avait clamé Hervé Témime dans C à vous. Impuissante face à la situation, Anne-Elisabeth avait finalement reçu un message de France 3 sur son téléphone : "Afin de ne pas perturber les démarches juridiques, (...) en accord avec les ayants droit, France 3 décale la programmation de La loi de Damien". Une réponse loin de satisfaire l'avocat de Richard Berry qui avait conclu le débat, hors de lui, par une petite phrase qui avait fait son effet : "J'espère qu'ils ont de bons avocats..."

Mercredi 17 février 2021, vingt-quatre heures après ce vive échange, Anne-Elisabeth Lemoine a de nouveau mis les choses au clair en lisant un communiqué de France Télévisions : "Le but de la chaîne n'était pas de prendre parti dans une affaire judiciaire mais au contraire, de rester neutre et de protéger toutes les parties", a commencé la présentatrice. "France Télévisions nous a précisé, par ailleurs, regretter (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite