Rides, cernes, poches... A chaque âge, son soin du regard

Sophie Goldfarb

Parce que cette zone est la première à marquer avec le temps, elle mérite toute notre attention. Mais à chaque âge sa solution.

Les cernes : pas seulement pour les fêtardes

A 25 ans 
Présents parfois dès l’adolescence, ils sont souvent source de complexes. Bleutés sur les peaux claires, bruns sur les peaux mates, ils apparaissent dès que l’on manque de sommeil. L’origine ? La peau, quatre fois plus fine que sur le reste du visage, dévoile en transparence le réseau veineux qui devient paresseux si l’on dort trop peu. Cela entraîne une stagnation et une oxydation de l’hémoglobine. Mais, généralement, une heure après le lever, avec un bon soin et des mouvements circulaires légers, ils s’estompent. Pour les cernes bruns, c’est l’excès de mélanine, accentué aussi par la fatigue, qui est en cause. On les soigne Avec des actifs qui relancent la microcirculation (caféine, Ruscus, escine…) et on les camoufle avec un bon anticernes appliqué finement au pinceau.

A 50 ans 
Ils ne disparaissent plus aussi facilement ! Les parois des capillaires sanguins, composées de collagène, deviennent plus lâches, ce qui favorise la stase veineuse. Sur certains visages apparaissent même des cernes creusés, dus à l’affaissement du tissu sous-cutané sur le haut des pommettes qui crée ce que l’on appelle la « vallée des larmes ». Un phénomène souvent très mal vécu, car il donne un air fatigué au visage, même lorsque ce n’est pas le cas. On les soigne Avec un activateur de microcirculation à appliquer matin et soir. Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi