Rika Zaraï : “à moitié paralysée” après son AVC, elle se confie sur son état de santé

Elle remonte sur scène, enfin, après onze ans d’absence. À 81 ans, Rika Zaraï est toujours animée par la même passion. Lundi 3 février 2020, la chanteuse a séduit le public des Folies Bergères de Paris, à l’occasion de la Nuit de la déprime. Une nuit qui lui a finalement rendu le sourire, puisque son audience l’a gratifiée d’une standing-ovation. “L’accueil a été si chaleureux que Rika Zaraï a fondu en larmes”, rapporte Le Parisien mardi 4 février. C’est en fauteuil-roulant que l’artiste a interprété l’un de ses plus grands tubes, Prague, accompagnée de la célèbre violoniste Anne Gravoin. Toujours émue, elle a accepté de se livrer sur son expérience lors d’une interview accordée au quotidien, évoquant par ailleurs les problèmes de santé auxquels elle a été confrontée.

"C'est surtout la mémoire qui m'inquiète"

“Cela fait onze ans que je prépare ce moment”, commence Rika Zaraï. “Dès le surlendemain de mon AVC, j'ai commencé à travailler avec un orthophoniste pour retrouver la parole. J'étais à moitié paralysée, la moitié de ma langue était paralysée. C'était affreux. Bavarde comme je suis, je ne pouvais pas vivre comme ça. L'orthophoniste m'a donné deux mois et demi de son temps, trois fois par semaine [...] Après deux mois et demi, j'étais la seule de ses patientes à avoir retrouvé la voix. Il n'avait jamais vu ça. Ma voix, ça va. On m'a dit cent fois que je ne pourrais plus chanter, mais je n'ai jamais perdu l'espoir. Aujourd'hui, même si j'ai du mal à tenir debout longtemps, c'est surtout la mémoire qui m'inquiète, car elle a du mal à fixer les choses. Avant, je n'avais jamais besoin de prompteur. Ce soir, j'en avais un, au cas où. Mais je suis très heureuse parce que je n'en ai pas eu besoin.” Aujourd’hui, l’artiste tente de relativiser et de prendre conscience de sa chance. “J'ai un toit sur la tête, un joli appartement, une fille et un mari que j'adore, une amie qui veille sur moi, je devrais être comblée, mais il me manquait quelque chose : le public. Il m'a tellement

(...) Cliquez ici pour voir la suite