RM 62-01 Tourbillon : décollage immédiat !

Richard Mille et Airbus Corporate Jets (ACJ) lancent une montre, qui s’inspire de l’expérience en vol et des voyages exclusifs proposés par ACJ. Montre à grande complication d’un type nouveau, montre de voyageurs hors norme, montre pensée pour un porter quotidien et fonctionnel, la RM 62-01 Tourbillon Alarme Vibrante ACJ résume la vocation de Richard Mille : entraîner les fonctionnalités et la performance vers de nouvelles limites.

Second volet de la collaboration entre Richard Mille et Airbus Corporate Jets, filiale d’Airbus qui commercialise des avions privés sur mesure, la RM 62-01 Tourbillon Alarme Vibrante ACJ est une montre de vie, plus particulièrement destinée aux voyageurs. À nouveau, Richard Mille surgit là où on ne l’attendait pas. Contrairement aux réveils et alarmes classiques de l’horlogerie, celle de la RM 62-01 est totalement silencieuse. Elle signale que l’heure est venue par une discrète vibration, imperceptible au-delà de quelques centimètres. La seule personne susceptible de percevoir que l’alarme s’est déclenchée est le porteur. Dans l’atmosphère concentrée d’une salle de réunion aussi bien que dans l’espace confiné d’une cabine de première classe, une telle délicatesse est de bon aloi. Cette alarme par vibration ne devait pas altérer le fonctionnement du mouvement. Ainsi est née l’idée d’utiliser une masse excentrée en or massif, semblable à un rotor d’automatique, et inspirée des anciens vibreurs de téléphone portable.

« Avant de réaliser un mouvement entier, diverses questions techniques liées aux vibrations dans le cœur même du mouvement ont dû être résolues. Quatre prototypes partiels, beaucoup de travail sur les maquettes et les contraintes d’encombrement ont été nécessaires pour pouvoir intégrer autant de composants et de fonctions dans un volume contenu. Il fallait loger 816 composants, 2 barillets, 7 aiguilles, 11 affichages et une cage de tourbillon. L’un de nos constructeurs a donc travaillé pendant cinq ans à plein temps, parfois avec l’aide d’un autre constructeur, avec réunion de suivi chaque quinzaine », explique Salvador Arbona, directeur technique mouvement de Richard Mille. Pour toutes ces raisons, la RM(...)


Lire la suite sur Paris Match