Robert Hendy-Freegard, escroc anglais sujet d'un documentaire Netflix, arrêté en Belgique après un délit de fuite en France

Sa cavale a pris fin le vendredi 2 septembre 2022. Robert Hendy-Freegard, un arnaqueur de 51 ans déjà condamné en Grande-Bretagne, a été interpellé au terme d'une semaine à fuir les autorités. Il faisait l'objet d'un mandat d'arrêt européen et il était recherché à la suite d'un délit de fuite ayant causé l'hospitalisation de deux gendarmes dans la Creuse fin août.

Il a été reconnu par des caméras alors qu'il circulait sur une autoroute à l'ouest de Bruxelles en Belgique. Sa plaque a été identifiée par la vidéosurveillance, et des forces de l'ordre belges se sont lancées à sa poursuite avant de l'arrêter, a relaté Franceinfo.

D'après La Montagne, sa procédure de remise aux autorités française a déjà été enclenchée.

Le délit de fuite qui l'a fait tomber

Jeudi 25 août 2022 : il était 16h30 lorsque les gendarmes, accompagnés d’une équipe de la direction départementale de l’emploi, du travail, des solidarités et de la protection des populations (DETSPP), sont arrivés dans un élevage canin situé dans la commune de Vidaillat (Creuse).

Une femme, Sandra Clifton, était, au début, la seule personne à être présente sur les lieux. Une fois arrivé en Audi A3 immatriculée en Grande-Bretagne, un homme identifié comme étant son compagnon a refusé d’obtempérer lors d'un contrôle de papiers, indiquait alors Franceinfo.

Il s'agissait donc de Robert Hendy-Freegard, qui a percuté deux gendarmes et pris la fuite, en voiture. Ces derniers ont dû être hospitalisés.

Dans un communiqué publié le 26 août 2022, la préfecture avait alors informé qu'un officier était "toujours hospitalisé", et présentait "une ITT de 21 jours". L'autre militaire blessée, une sous-officier, avait pu regagné son domicile au lendemain de l'altercation, et présentait "une ITT de 6 jours".

Une enquête a été ouverte pour tentative d'homicide volontaire sur personne dépositaire de l'autorité publique. Le domicile de Robert Hendy-Freegard a été perquisitionné le 26 août. Toujours selon les informations de Franceinfo, les cinquantaines d’enquêteurs mobilisés y ont trouvé des téléphones neufs à carte prépayée.

Lire aussi :

  • Affaire Delphine Jubillar : 9 tombes ouvertes, son corps introuvable

  • Affaire Xavier Dupont de Ligonnès : sa sœur est "persuadée qu'il est vivant"

Robert Hendy-Freegard, un escroc manipulateur qui n’en n'est pas à son premier coup  

Les documentaires The Puppet Master : Leçons de manipulation sur Netflix, réalisé par Gareth Johnson et Sam Benstead et The Spy who stole my life, réalisé par Kate Snell, ou encore le film Rogue Agent, de Declan Lawn et Adam Patterson, sont autant de productions qui retracent l'histoire du fuyard retrouvé plus d'une fois. 

En dix ans, celui qui est surnommé "le marionnettiste" par la presse anglaise, aurait volé environ un million de livres (1,5 million d'euros) à cinq femmes et à deux hommes.

En 2002, Scotland Yard - quartier général du Metropolitan Police Service de Londres - et le FBI, avaient interpellé Robert Hendy-Freegard à l’aéroport londonien d'Heathrow. Décrit comme un arnaqueur hors pair, le Britannique avait été, en 2005, condamné à la perpétuité pour enlèvement, vol et tromperie, mais a été blanchi en appel deux plus tard. 

C'est en 2009 qu'il a été libéré pour les faits d’enlèvement, rapporte The Guardian dans un article publié le 20 janvier 2022.  Selon ses avocats, ses victimes présumées n’étaient pas retenues physiquement et étaient donc libres de partir, précisait TF1info.

Robert Hendy-Freegard aurait passé une bonne partie de sa vie à mentir. Il aurait même faire croire à trois jeunes étudiants qu’il était membre du MI-5, les services spéciaux du Royaume-Uni. L'homme les aurait également convaincu de vivre dans la clandestinité, les éloignant de leur entourage - sauf lorsqu’il s’agissait de leur extorquer de l’argent.

Manipulateur, il se servira de leur argent pour s'offrir des Rolex, une dizaine des voitures de luxe, ou encore, des costumes sur-mesure.

Lire aussi :

  • "Dirty John" : l'histoire vraie de John Meehan, psychopathe manipulateur de femmes

  • Manipulateurs : comment les repérer et les éloigner ?

Un élevage illégal de chiens tenu avec sa femme "sous emprise"

Dans le documentaire The Puppet Master : Leçons de manipulation, diffusé sur Netflix, les deux enfants de Sarah Clifton, sa compagne actuelle, témoignent de l'isolement de leur mère à la suite de sa rencontre avec l'homme, et l'estiment sous l'emprise de ce dernier. À l'époque du tournage, ils n'ont plus aucune nouvelle de leur mère et ignorent où elle se trouve.

En 2011, Robert Hendy-Freegard a rencontré Sandra Clifton sur un site de rencontres. En 2014, le couple a quitté la Grande-Bretagne et s’est installé en France, près du parc naturel des Millevaches. C'est là bas qu'il ont ouvert un élevage canin de Beagles.

Alors, d'après le documentaire, sa conjointe s'est retrouvée recluse, ne donnant plus de nouvelles à sa famille, tandis que lui ne cessait de faire des allers-retours entre l’Angleterre et la France. Des voyages dont les enjeux n'ont pas encore été dévoilés.

Selon des arrêtés consultés par Franceinfo, le couple qui vivait à Vidaillat depuis 2015, avait déjà été le sujet de signalements, en mars, puis en juin 2022, concernant la situation administrative de leur établissement d'élevage de chiens.

26 canins y vivraient en cage de manière illégale et à proximité des riverains, a précisé la maire de la commune à France Bleu Creuse le 26 août : "Les habitants de la Forêt-Belleville ont très vite compris qu’il y avait quelque chose qui n’allait pas".

Lire aussi :

Arnaque à l'amour : ces escroqueries financières en ligne qui dupent les cœurs



Plus de "Société" :