Les robots aspirateurs entrent enfin dans nos salons

·1 min de lecture

Longtemps réservés aux fans de gadgets, ces appareils deviennent plus abordables. Désormais contrôlables à distance, ils sont une vraie solution pour un nettoyage quotidien, et particulièrement pour ceux qui possèdent des animaux à poils…

Aujourd’hui, le bas de gamme commence à 100 euros et la moyenne, pour un bon appareil, se situe autour de 400 euros. Les performances et les facilités d’usage n’ont rien à voir avec avant. Connectés, les robots aspirateurs peuvent désormais être lancés depuis son Smartphone, donc hors de son domicile. Ils cartographient la topologie des lieux, évitent certaines zones ou insistent sur d’autres. Et sont capables de se sortir de quasiment toutes les situations de terrain. S’ils ne descendent pas encore les escaliers, les fils qui traînent doivent être coriaces pour totalement les immobiliser. En outre, ils se rechargent tout seuls. Et comme la technologie s’est miniaturisée, plus fins ils passent mieux sous les meubles, « cœur du réacteur » de la poussière ! Nous vous proposons une petite sélection de modèles, mais il y en a désormais beaucoup d’autres. 

Il aspire et il lave : Roborock S7

Ce fabricant chinois (filiale de Xiaomi) a bâti sa réputation sur sa puissance d’aspiration de la poussière. Avec son dernier modèle (549 euros), la marque vise à faire aussi bien en nettoyant. Doté d’une brosse en caoutchouc et d’un réservoir d’eau, il repère les taches et s’attarde dessus, en vibrant, pour les faire disparaître. Tant qu’elles n’ont pas séché, ça va. Sinon, l’absence de produit chimique rend la tâche impossible. Comme avec un aspirateur normal, cela dit. En revanche, il est très bruyant. Mais ces engins sont faits pour fonctionner en votre absence, rien de grave.

(...)
Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles