Le roi Charles ironise sur les stylos, ces objets "si capricieux"

Le roi Charles donnant un stylo à la reine Consort Camilla, le 3 octobre en Ecosse.  - Andrew Milligan - AFP
Le roi Charles donnant un stylo à la reine Consort Camilla, le 3 octobre en Ecosse. - Andrew Milligan - AFP

L'épisode avait fait rire dans le monde entier. Le roi Charles a fait une allusion lundi à son mouvement d'humeur face à un stylo récalcitrant le 13 septembre dernier. "Ces choses-là sont si capricieuses", a-t-il relevé avec humour, alors qu'il passait un stylo à son épouse la reine consort Camilla, pour signer un document lors d'un déplacement en Ecosse.

Le roi effectuait là son premier engagement officiel en tant que roi, dans la ville de Dunfermline, en kilt et aux côtés de Camilla.

"Je ne peux pas supporter ce foutu truc"

L'histoire du stylo, en septembre dernier, avait marqué les esprits et la séquence beaucoup circulé sur les réseaux sociaux. On y voyait le roi Charles, en visite en Irlande, s'emporter contre un stylo qui fuyait, lui tachant les doigts.

"Je ne peux pas supporter ce foutu truc", avait-il lâché, visiblement très agacé, s'essuyant rageusement les doigts.

Alors fraîchement devenu roi, quelques jours après la mort de sa mère, la reine Elizabeth II après plus de 70 ans de règne, Charles III avait alors dévoilé un aspect de sa personnalité, facilement irritable, peu connu du grand public.

"Le prince dorloté"

D'autant que des informations sur ses habitudes étaient sorties dans la presse à ce moment-là, levant le voile sur une vie d'assisté baignant dans le luxe. On avait ainsi appris que son majordome lui repassait chaque jour son pyjama et ses lacets, et étalait le dentifrice sur sa brosse à dents.

Mais aussi qu'il ne se déplaçait jamais sans son papier toilette et son lit, et exigeait qu'on lui chauffe ses biscuits et son fromage. Autant d'habitudes qui lui ont valu un surnom au sein des domestiques de Clarence House, de "Pampered Prince", ou "le prince dorloté".

Le roi Charles a en tout cas montré lundi qu'il avait de l'humour et savait faire preuve d'autodérision.

Article original publié sur BFMTV.com