Roman : pourquoi on a dévoré « Le monde après nous » de Ruuman Alam

©David A. Land

Netflix a acheté les droits de ce roman de Rumaan Alam pour en faire une série avec Julia Roberts. Lisez-le avant !

Lorsqu’on frappe tardivement à la porte de la maison isolée qu'ils louent avec leurs enfants à Long Island pour les vacances, Amanda et Clay se figent. Les propriétaires, un couple d'Afro-Américains, leur demandent de les héberger suite à un black-out sur la côte Est. Commence alors une étrange cohabitation entre les deux couples et leurs adolescents, coupés de toute communication avec l'extérieur, et contraints de spéculer. Des terroristes ? Un ouragan ? Une attaque nucléaire ? Inquiétude bientôt confirmée par un bruit capable de mettre un homme à genoux, mais non identifié, qui ne se reproduira plus, mais continuera de répliquer dans leurs têtes. « Le Monde après nous » est une subtile variation sur un même thème, la peur, cette émotion intime et primitive : peur de l'obscurité, de l'autre, de notre finitude. Mais l'auteur excelle surtout à rendre compte de la crainte qui saisit les parents dès lors que leur progéniture voit le jour. « Être parent, c'était ne jamais savoir ce qui allait faire du mal à vos enfants, tout en sachant que cela leur arriverait inévitablement. » Le troisième roman de l'Américain Rumaan Alam est une dystopie qui n'en est pas une. L'histoire est une allégorie de l'existence où chaque nouveau jour est potentiellement une fin du monde, ou tout au moins d'un monde, à l'image des bonheurs perdus d'Amanda : l'ultime berceuse chantée à sa fille, la dernière fois où elle a changé son fils… « Vous ne...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi