Rougeurs au visage : 5 causes que vous ignoriez peut-être

Jeanne Dréan

Votre peau rougit ou tiraille pour un oui ou pour un non ? À travers ces réactions transitoires, elle vous envoie des signaux à ne pas négliger et vous incite à revoir quelques mauvaises habitudes. 

Rougeurs localisées, sensations d'inconfort, tiraillements... Comme 43 % des consommatrices françaises vous affirmez avoir la peau « sensible »* ? Mais est-ce vraiment le cas ? L'est-elle depuis votre naissance ou bien est-ce survenu sur le tard, revenant et repartant au gré des saisons ou de votre rythme ? Pas si simple de diagnostiquer une peau sensible. « Les signes cliniques sont peu visibles - simple rougeur ou sécheresse - alors que les sensations d'inconfort type picotements ou brûlures sont majeures, voire insupportables pour certains, explique le Dr Philippe Deshayes, dermatologue, consultant pour La Roche-Posay Laboratoire dermatologique. Les poussées surviennent après l'application d'un cosmétique, lors de l'exposition au chaud, au froid, d'une variation brusque de température, d'un stress ou d'une émotion. » Il ne faut pas la confondre avec une « peau sensibilisée », résultat du contact de la peau avec un allergène (fréquemment le nickel). « Cette réaction allergique est un phénomène inflammatoire qui met en jeu notre système de défense immunitaire. »

Il ne s'agit pas non plus d'une pathologie type dermatite atopique ( eczéma), souvent héréditaire et qui remonte à l'enfance, dont les symptômes sont proches. Pour les peaux dites « sensibles, réactives ou intolérantes », les dermatologues parlent d'une « inflammation neurogène qui met en cause les médiateurs de la conduction nerveuse ».

Pourquoi vous ? Pourquoi aujourd'hui...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi