Roumanie : l'influenceur masculiniste Andrew Tate reste en détention

© SIPA

Le tribunal de Bucarest a rejeté mardi la demande de mise en liberté de l’influenceur masculiniste britannique Andrew Tate et de son frère Tristan, arrêtés fin décembre en Roumanie dans une affaire de proxénétisme.

Accusés de « constitution d’un groupe criminel organisé, de trafic d’êtres humains et de viol », les frères Tate avaient fait appel de leur détention provisoire, ordonnée le 30 décembre pour une durée de 30 jours.

Un appel qui se solde par un échec : « Ils restent en détention », a annoncé une porte-parole du parquet chargé de la lutte contre le crime organisé (DIICOT), Ramona Bolla. Les deux anciens kickboxeurs, respectivement âgés de 36 et 34 ans, avaient plaidé leur cause un peu plus tôt devant le tribunal, lors d’une audience à huis clos de plusieurs heures.

Arrivés dans un fourgon de police en début de matinée, ils étaient apparus menottés, tout de noir vêtus. À la sortie, leur avocat Eugen Vidineac s’était voulu « confiant » mais dans la soirée, le tribunal a jugé « infondés » les pourvois déposés. Les juges ont invoqué un « risque de fuite » et un « danger pour l’ordre public au vu de la gravité des crimes » reprochés.

Travail du sexe forcé

Six victimes potentielles ont été identifiées à ce stade. Dupées par les deux hommes qui simulaient des sentiments à leurs égards, elles auraient été manipulées et forcées par la violence à la prostitution et à la production de films pornographiques. Certaines d’entre elles ont été séquestrées.

LIRE AUSSI >> Influenceurs « mâles alpha » : l’inquiétante épidémie sur les réseaux sociaux

Pour Me Vidineac, « il n’y a pas un seul élément de preuve qui...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi