Sur la route des vins d’Alsace

De Thann à Marlenheim, balade gourmande à la découverte d’un grand vignoble riche de 51 grands crus. 

Pendant des milliers d’années, le vin fut le seul antiseptique connu en médecine comme en chirurgie. On appliquait cette boisson sacrée sur les blessures et on s’en servait pour purifier l’eau. Aujourd’hui, le vin nous réconforte et nous relie au cosmos en nous rendant intelligible, comme l’écrivait Colette, « la vraie saveur de la terre ». Combien sommes-nous, ainsi, à parcourir les plus beaux villages viticoles de France, de Collioure à Vézelay, d’Arbois à Condrieu, de Grignan à Fronsac, de Cerdon à Chinon, de Chignin à Irouléguy ? Et qu’y cherchons-nous donc ? Un enracinement ? Une lumière ? Une paix intérieure ? Et n’est-ce pas dans la cave du vigneron, là où le vin est né, qu’il est toujours le meilleur, car encore chargé du magnétisme de la roche ?

Lire aussi:La promesse des grands vins de garde

Inaugurée en 1953, la route des vins d’Alsace est la plus ancienne de France. C’est avec elle qu’est apparu ce que l’on appelle désormais l’« œnotourisme » (mot affreux, en vérité, qui évoque des cars emplis de retraités californiens que l’on transbahute d’un château à l’autre à la queue leu leu). De Thann (au sud) à Marlenheim (au nord), cette route longe le massif des Vosges sur 170 kilomètres et nous plonge dans un univers à la Mary Poppins, avec ses paysages ondulés ornés de cigognes et de rosiers : « Quel beau jardin ! » se serait exclamé Louis XIV à propos de l’Alsace, rattachée à son royaume en 1648…

Le village historique de Kaysersberg abrite le domaine Weinbach, l’un des plus célèbres d’Alsace

Le village historique de Kaysersberg abrite le domaine Weinbach, l’un des plus célèbres d’Alsace (...)
Lire la suite sur Paris Match