Au Royaume-Uni, une "boîte à outils" antisexisme pour les garçons lancée dans les écoles de Londres

Pexels

"Nous devons nous occuper des personnes qui deviennent les auteurs de violences de demain." C’est avec ces mots que le maire de Londres, Sadiq Khan, a défendu le lancement d'un nouveau programme de formation visant à combattre les stéréotypes sexistes au sein des établissements scolaires de la capitale britannique. Cette mesure prendra la forme d’une boîte à outils éducative mise à la disposition des enseignants et des élèves de tous les collèges et lycées de Londres, afin d'apprendre aux jeunes garçons, notamment, à reconnaître et à s’opposer aux comportements sexistes en classe et chez leurs pairs. Elle comprendra des plans de cours, des conseils à suivre sur les différentes manières de dénoncer le sexisme, des ateliers interactifs sur la construction de relations saines et des discussions sur les comportements à adopter ou à éviter envers les femmes et les filles.

"Nous devons faire porter la responsabilité aux hommes et aux garçons de changer la façon dont ils perçoivent, traitent et parlent des femmes si nous voulons vraiment résoudre le problème de la violence contre les femmes et les filles", a expliqué Sadiq Khan au magazine Cosmopolitan, avant de préciser que cette boîte à outils faisait plus globalement partie de ce qu’il appelle une "approche de santé publique de grande envergure pour mettre fin à l'épidémie de violences contre les femmes et les filles". "J'espère que les garçons d'aujourd'hui grandiront avec plus d'empathie et une meilleure compréhension que la génération (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Le Sénat américain, à majorité démocrate, devrait finalement voter une loi protégeant le mariage homosexuel
L’école est-elle classiste ? Ces données de l’Éducation nationale en disent long sur la mixité sociale
Règles dans le sport : vers la fin des sous-vêtements blancs au tournoi de Wimbledon ?
Un inventeur sur six est une femme, d’où vient cette sous-représentation des femmes ?
Porno, cyberhacèlement, violence : le Gouvernement lance un “laboratoire” pour protéger les enfants sur Internet