Le Royaume-Uni veut mettre fin à la discrimination capillaire dans les écoles

Les écoles britanniques viennent d'être rappelées à l'ordre. La Commission pour l'égalité et les droits de l'homme (EHRC), l'organisme de promotion de l'égalité dont le mandat couvre l'Angleterre, l'Écosse et le pays de Galles, a estimé dans de nouvelles directives que les élèves aux cheveux crépus n'avaient pas à être empêchés de porter leur coiffure naturelle en classe. Ces directives visent à aider à mettre fin à la discrimination capilaire dans les écoles, rapporte la BBC.

Plusieurs militants demandaient depuis longtemps aux écoles et aux entreprises de lutter contre la discrimination basée sur les cheveux, cette discrimination allant de la remarque raciste ("Tes cheveux sont exotiques") à l'interdiction de certaines coiffures, comme l'afro.

Une étude réalisée pour la marque Dove révèle ainsi que 37% des adultes noirs ont déjà été victimes de discrimination capillaire au travail, 25% d'entre eux ont été renvoyés du travail ou ont fait l'objet de mesures disciplinaires pour avoir porté leurs cheveux naturels et 58 % des adultes noirs au Royaume-Uni déclarent que la discrimination capillaire a eu un impact sur leur capacité à progresser au travail.

"S'épanouir à l'école"

En 2020, la jeune Ruby Williams avait été renvoyée à plusieurs reprises de l'école londonienne de Urswick parce que ses cheveux afro n'étaient pas considérés comme "de taille et de longueur raisonnables". L'adolescente avait alors reçu 8 500 livres (soit 9860 euros) dans...

Lire la suite


À lire aussi

"La discrimination capillaire commence dès l'école primaire"
Ce manifeste appelle à mettre fin à la discrimination raciale à l'Opéra de Paris
Ce que le super "A un cheveu près" nous apprend sur les discriminations capillaires