Running : est-il plus prudent de porter un masque pour une séance de sport en plein air ?

Bonne nouvelle : depuis lundi 11 mai et la fin du confinement, les adeptes de la course à pied peuvent à nouveau pratiquer le running pendant plus d’une heure et à plus d’un kilomètre de leur domicile. Une distance de dix mètres doit néanmoins être respectée entre deux joggeurs, afin de limiter les risques de contamination. La question du port du masque dans le cadre des activités sportives n’a par ailleurs pas été évoquée. Mais est-il recommandé de porter ce dispositif de protection lors d’une séance de sport en plein air ? Les explications du Dr Hervé Soule, médecin hygiéniste.

L’efficacité des masques humides n’est plus garantie

Lorsque l’on fait du sport, la respiration s’accélère. Le souffle chaud expiré entre alors en contact avec le masque, ce qui crée de la condensation et qui a tendance à humidifier le dispositif de protection. Un phénomène renforcé par la transpiration engendrée par l’activité physique. Problème : l’efficacité d’un masque humide n’est plus garantie ! Une réalité qui contre-indique donc le port de cette protection lorsque l’on fait du sport.

Masque et sport : un dispositif qui gêne la respiration

L’humidification du masque n’est pas le seul élément en défaveur du port de ce dispositif dans un contexte sportif. L’accélération de la respiration entraînée par l’activité physique peut également être à l’origine d’une gêne. Et pour cause : lorsqu’un masque est bien positionné, il se plaque sur le visage à chaque inspiration. Si ce phénomène est supportable lorsque l’on marche dans la rue ou que l’on prend les transports en commun, il peut devenir dérangeant lorsque l’on fait du sport.

Résultat : les coureurs sont tentés de le retirer, puis de le remettre, ou tout simplement de le toucher à de multiples reprises afin de mieux respirer. Un réflexe déconseillé, car il augmente les risques de contamination. Mais que ce soit dans le cadre d’une séance de sport ou d’une simple balade, ce geste est difficile à éviter, car la population n’est pas habituée à supporter

(...) Cliquez ici pour voir la suite