Rupture : 3 profils que vous n’arriverez pas à reconquérir

Colère, tristesse, perte de confiance en soi… Pas facile de se remettre d'une séparation amoureuse. Parfois, les deux ex-amoureux peuvent se retrouver et recommencer une belle histoire. Mais pour d’autres, une fois la sentence de la séparation prononcée, il n’y a aucun retour en arrière possible. Véronique Kohn, psychologue et spécialiste des relations amoureuses, nous décortique les profils d’ex qui ne reviendront pas après une rupture.

1- Les non-persévérants

Pour Véronique Kohn, il n’existe pas vraiment de signes que votre ex copain/copine va revenir ou non. Cela se joue davantage sur des profils et des traits de caractère. Par exemple, les personnes qui tirent un trait définitif sur le passé en général, et qui ne reviennent pas sur leur décision une fois qu'elle est prise.

D’après la psychologue, il existe deux cas de figures : " Certaines personnes sont incapables de faire page neuve après une rupture. Alors que pour d'autres c'est l'inverse. On pourrait les juger comme non-persévérants parce qu’ils ne veulent plus entendre parler de leur ex , donc peu courageux à surmonter les crises et obstacles ". Véronique Kohn décrit cette façon d’agir comme une méthode défensive, car les non-persévérants ont peur de ne pas gérer leurs sentiments envers leur ancien compagnon. Pour éviter un retour en arrière, ils instaurent des limites comme le fait de devenir très froid, de ne plus répondre aux messages ou de ne plus voir leur ex.

Après une crise ou une dispute, les non-persévérants lâchent facilement l’affaire. Cependant, une histoire d’amour peut valoir la peine qu’on la creuse un peu plus. Selon Véronique Kohn, les applications et sites de rencontre n’aident pas les hommes et les femmes à être plus obstinés en relations amoureux. L’abondance de partenaires renforce l’idée que si une personne ne nous satisfait pas, une autre est disponible plus loin.

2- Les taiseux

Calmes avec un grand sourire et surtout jamais un mot plus haut que l’autre. Pourtant, dès qu’une crise pointe

(...) Cliquez ici pour voir la suite