Rupture amoureuse : comment tourner la page ?

Perte d’appétit, maux de ventre, insomnies, tristesse, crises de larmes... Après une séparation ou un divorce, le chagrin est bel et bien réel. L’expérience peut être douloureuse et vécue de manière plus ou moins intense, en particulier si l'on était très impliqué dans la relation ou que celle-ci a duré longtemps. Ce clap de fin peut dans certains cas, complètement anéantir et dévaster une personne et conduire parfois à une dépression amoureuse ou au syndrome du cœur brisé.

Après avoir pris du temps chacun de leurs côtés, certains exs restent en bon terme et deviennent ami. Pour d’autres, faire copain-copain avec son ancienne moitié est inenvisageable, ils décident ainsi de tirer un trait sur leur ex et couper les points pour définitivement passer à autre chose. Mais dire adieu à tous les moments partagés ensemble, les souvenirs, les rituels et les activités à deux peut s’avérer être parfois plus facile à dire qu’à faire.

Rupture amoureuse : les hommes et les femmes ne la gèrent pas de la même façon

"Chaque rupture est différente. Pour passer à autre chose, il faut ainsi prendre en compte les raisons de la séparation et la manière dont elle a été effectuée. Par exemple, certains partenaires se quittent d’un commun accord. L’expérience après la rupture dépend également de ses proches. Il faut voir s’il y a des enfants, de la famille ou des amis au milieu de la relation. Plusieurs facteurs doivent donc être pris en considération", souligne la docteure en neurosciences et thérapeute de couple Aurore Malet-Karas.

En outre, elle indique que les hommes et les femmes ne gèrent pas la rupture de la même manière. "Une séparation est plus dure à vivre et à surmonter pour les hommes. Ils peuvent rester bloqués sur celle-ci durant des années. Les femmes ont, elles, plus de facilités à passer à autre chose et aller de l’avant. Elles peuvent se remettre d’une séparation 6 mois ou un an après", développe-t-elle.

Bien que chaque situation est distincte et que chacun peut y faire face

(...) Cliquez ici pour voir la suite