Russie : 200 diplomates empêchés d’entrer dans les pays de l’UE

Le sIège du FSB, Service fédéral de la sécurité de la fédération de Russie, chargé du renseignement russe.   - Credit:Alexandre MARCHI / MAXPPP / PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPP
Le sIège du FSB, Service fédéral de la sécurité de la fédération de Russie, chargé du renseignement russe. - Credit:Alexandre MARCHI / MAXPPP / PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/MAXPP

Le conflit opposant la Russie et l'Ukraine donne l'occasion à Moscou de renouveler son réseau d'espionnage dans les pays occidentaux. Depuis le début du conflit le 24 février 2022, 452 officiers russes ont été expulsés à travers le monde. Comme le rappelle Le Monde, la France s'est taillé une belle part en renvoyant 41 diplomates.

Pire, les demandes de visas sont désormais étudiées avec plus d'attention. Ainsi, environ 200 diplomates russes n'auraient pu être affectés vers l'Union européenne. Les contrôles intensifiés vers ces 27 pays membres servent à ce que les Russes n'envoient d'éléments de leurs services secrets, qu'ils soient civils ou militaires. « Le paysage de l'espionnage russe reste très préoccupant mais, désormais, nous estimons que le bouclier est à la hauteur du glaive », confie un haut fonctionnaire français visiblement rassuré.

Un recrutement modifié

Les autorités françaises estiment que le réseau d'espionnage aurait modifié son périmètre de recrutement. Désormais, les espions seraient choisis à distance, au-delà des frontières russes. Pour cela, les décisionnaires outre-Oural utiliseraient les réseaux sociaux, mais aussi des services de messagerie cryptés. Sont notamment visés les sympathisants à la cause russe et les exilés.

À LIRE AUSSI Quand un espion russe infiltrait l'ENA

Face à cette hausse du recrutement, les autorités françaises ont choisi de sévir. La direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI) vérifie également les dossiers de [...] Lire la suite