Sécurité des immeubles : ce curieux business des badges illégaux

Agence / Bestimage

Un curieux trafic a été démantelé par les policiers de la Sûreté territoriale de Paris. Comme le rapporte Le Parisien, mercredi 2 novembre 2022, un chef d'entreprise a été mis en examen à Créteil (Val-de-Marne) et placé sous contrôle judiciaire. Cet homme de 49 ans est soupçonné d'avoir dérobé une clé informatique secrète à la société Enedis et d'avoir fabriqué et revendu des badges universels type "Vigik", qui permettent d'accéder à des immeubles. Certains professionnels, dont les facteurs, les pompiers et les policiers, peuvent utiliser ces passes électroniques de manière réglementée. Problème : l'individu en aurait vendu de manière illégale à des agents immobiliers, des serruriers, des syndics de copropriété et des huissiers de justice. Basée à Puteaux (Hauts-de-Seine), son entreprise fabrique des badges universels, convoités par les cambrioleurs, sans autorisation. D'après Le Parisien, son entreprise fait l'objet d'une plainte de la société Vigik, filiale de la Poste, depuis le mois de juin 2022.

Connu de la justice pour des faits d'escroquerie et de blanchiment d'argent, Hadj M. conteste les faits, assurant n'avoir vendu les fameux badges qu'à des professionnels assermentés. Le siège de son entreprise et son domicile ont été perquisitionnés. D'après Le Parisien, les enquêteurs ont mis la main sur de très nombreux badges vierges, ainsi que 132.200 euros en grosses coupures. Le chiffre d'affaire de sa société s'élèverait à 700.000 euros. En France, 600.000 immeubles sont dotés (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite