Séparée de Pascal Balland à cause du coronavirus, Laeticia Hallyday prend la parole sur Instagram

Si Laeticia Hallyday pensait que sa nouvelle nationalité américaine lui permettrait de voir plus souvent Pascal Balland, cela semble compromis. En couple avec le restaurateur parisien, la veuve de Johnny Hallyday multiplie les allers et retours entre la France et les Etats-Unis pour retrouver son nouveau compagnon. Mais les mesures prises par le gouvernement pour limiter la propagation du virus Covid-19, viennent certainement contrecarrer ses projets. Avec la suspension des vols entre les USA et l’hexagone pour les trente prochains jours, la voilà loin de Pascal Balland qui ne pourra pas la rejoindre d’aussitôt à Los Angeles où elle se trouve actuellement sans ses filles Jade et Joy. La dernière femme du Taulier risque bien de souffler ses 45 ans bougies seule, le 18 mars prochain.

Consciente que le confinement est le seul moyen pour sauver les populations du coronavirus, elle invite ses fans et tous les Français à rester chez eux. Dans sa story Instagram de ce dimanche 15 mars 2020, elle écrit à ses abonnés : “Pour la grande majorité des personnes à l'échelle nationale et mondiale, ce virus ne nous concerne pas. C'est l'un de ces moments de la vie, de l'histoire, où vos actions concernent quelque chose de plus grand. Elles concernent quelqu'un d'autre. Elles concernent quelque chose de plus grand, un plus grand bien dont vous ne serez peut-être jamais témoin. Une personne que vous sauverez et que vous ne rencontrerez jamais”. Elle continue : “Vous pouvez être en bonne santé et vos enfants peuvent être en bonne santé. Vos parents peuvent être en bonne santé. Tout le monde autour de vous semble bien. Et toutes les choses que vous avez planifiées et le printemps 2020 que vous pensiez avoir ont été complètement annulés. Vous devez travailler à domicile. Votre conférence est annulée. Votre semestre est terminé. Votre travail est annulé. Tout cela semble rapide, hors de proportion et désorientant. Vous regardez chaque action et pensez - mais ce serait si bien si je le faisais.

(...) Cliquez ici pour voir la suite