Comment la série "The Handmaid's Tale" est devenue un symbole des luttes féministes

·2 min de lecture

Alors que la quatrième saison est diffusée à partir de jeudi sur OCS, la série "The Handmaid's Tale" est devenue, depuis 2017, l'une des fictions les plus politiques du petit écran. Au point que certains mouvements féministes en ont repris les codes, réutilisant notamment les costumes rouges et blancs des personnages.

En 2017, l'arrivée sur petit écran d'une nouvelle série faisait l'effet d'une bombe. Esthétique soignée et scénario dystopique glaçant, The Handmaid's Tale (La Servante Écarlate en VF) imagine le remplacement des Etats-Unis par une dictature après un coup d'État militaire mené par des chrétiens extrémistes. Dans cette République de Gilead, les femmes sont des Épouses, des Martha dévolues aux tâches ménagères, ou des Servantes, réduites à l'état d'objets sexuels afin de tenter de repeupler le pays, paralysé par une chute drastique de la natalité.

Derrière la fiction, la réalité des menaces sur les droits des femmes

Adaptée d'un roman écrit en 1985 par Margaret Atwood, la série expose, sous couvert de fiction, la réalité des menaces qui pèsent sur les droits des femmes. Impossible de ne pas voir dans ces religieux de Gilead qui ne jurent que par la maternité un miroir des anti-avortements, particulièrement virulents aux Etats-Unis. Le fait que les femmes soient interdites, quel que soit leur statut, de lire ou d'écrire, rappellera d'autres pays plus lointains.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

La charge politique forte de The Handmaid's Tale explique en grande partie son succès. En 2017, Donald Trump, le président qui "attrape les femmes par la chatte" et coupe les subventions de l'équivalent américain du Planning familial, vient d'arriver au pouvoir. "Des inquiétudes vivaces se sont alors portées sur le droit à l'avortement aux États-Unis", ra...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :