La saga Petrossian : un siècle de fêtes

·1 min de lecture

Alors que la plus prestigieuse marque de caviar célèbre ses 100 ans, Armen Petrossian passe le flambeau à ses fils, Mikaël et Alexandre. L’histoire fascinante de cette famille, dont le nom est synonyme du luxe le plus fou, épouse étroitement les événements. Récit.

A quoi reconnaît-on une grande marque de luxe ? D’abord à son logo. Celui de Petrossian, créé en 1920, est aussi célèbre que celui de Chanel. Sur les boîtes bleues, un navire aux voiles rouges fend les flots de la mer Caspienne, symbolisant la façon dont cette dynastie du caviar a traversé, contre vents et marées, les aléas du siècle. Rescapés du génocide arménien, Mouchegh – le père d’Armen – et son frère Melkoum arrivent à Paris après la Grande Guerre.

Lire aussi:La France. L'autre pays du caviar

Doués pour les affaires, ils importent du jus d’orange, avant d’ouvrir une épicerie au 18, boulevard de La Tour-Maubourg. Ils y vendent des produits venus de l’Est, tels que la bryndza (un fromage), des harengs, de la vodka… Epicuriens, ces bourgeois aiment faire la fête. « Ils ont grandi près de la mer Caspienne, et le caviar était pour eux indissociable des moments de joie, raconte Armen Petrossian. Mais en 1920, le caviar était inconnu en France. » Qu’à cela ne tienne, Mouchegh et Melkoum décident de l’importer de Russie.

Ouverte en 1920 au 18, boulevard de La Tour-Maubourg, à Paris, la boutique Petrossian n’a jamais changé de façade. Ici dans les années 1970
Ouverte en 1920 au 18, boulevard de La Tour-Maubourg, à Paris, la boutique Petrossian n’a jamais changé de façade. Ici dans les années 1970

Ouverte en 1920 au 18, boulevard de La Tour-Maubourg, à Paris, la boutique Petrossian n’a jamais changé de façade. Ici dans les années 1970 © DR

L’entreprise s’annonce ardue : Lénine vient de prendre le pouvoir, et les négociations avec la bureaucratie soviétique sont homériques. On(...)


Lire la suite sur Paris Match