Sage femme ou gynéco : comment choisir et dans quel cas ?

Les sages-femmes ont un pouvoir de diagnostic et un droit de prescription dans leur domaine de compétence. Il s’agit d’une profession reconnue médicale depuis peu et régit par un code de la santé publique et un code de déontologie. Ces personnes sont des spécialistes des grossesses mais également de la physiologie de la femme. Les études durent cinq ans après le bac, le temps d’obtenir le diplôme d’État de sage-femme. Celui-ci peut se préparer en quatre ans dans une école de sages-femmes rattachée à un CHU, après une licence "accès santé" ou PASS. Dès la rentrée 2024, le cursus passera à six ans d’étude : un premier cycle de trois ans, un deuxième cycle de deux ans et un troisième d’un an afin d’obtenir un statut de docteur en maïeutique. "Elles sont les spécialistes des grossesses dites normales. Cependant, la frontière entre le pathologique et le "normal" est fine" précise le docteur Michel Mouly, gynécologue. Après l’obtention de leur diplôme, il est possible de se spécialiser : psychopathologie du bébé, pédiatrie de maternité, gynécologie préventive et contraceptive, etc.

Le gynécologue quant à lui étudie la médecine pendant six ans avant de se spécialiser en gynécologie grâce à son internat. Sa formation est complétée par différents stages dans les hôpitaux. Son diplôme est délivré après dix ou onze années d’étude.

Il existe de nombreux cas pour lesquels il est possible de consulter indifféremment une sage-femme ou un gynécologue, "si la femme n’a aucun problème de santé, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite