La saine colère d'Ariane Ascaride contre l'oubli de la culture

Mathieu Dejean
·1 min de lecture
(Alberto Pizzoli / AFP)
(Alberto Pizzoli / AFP)

Dans son allocution du 28 octobre, annonçant le deuxième confinement, Emmanuel Macron n'a pas eu un mot pour le secteur culturel. Ce black-out a vivement fait réagir. Aujourd'hui, le combat mené par les librairies indépendantes pour leur survie et leur réouverture concentre notamment beaucoup l'attention, à raison. Mais c'est sur l'arrêt général des spectacles, du cinéma et de l'art que la comédienne Ariane Ascaride a écrit une lettre à Emmanuel Macron, qu'elle a lue pour France Inter le 30 octobre.

“Nous sommes indispensables”

Dans cette missive, la comédienne qui jouait Le Dernier Jour du Jeûne de Simon Abkarian au Théâtre de Paris depuis la rentrée insiste sur le rôle essentiel des artistes, et regrette que le chef de l'Etat l'ait passé sous silence : “Nous sommes indispensables à l’âme humaine, nous aidons à la soigner, je ne parle même pas de tout le travail que nous faisons avec les psychiatres.”

Lire la suite sur lesinrocks.com