Saints de glace : comment protéger son jardin du gel printanier ?

Le climat du printemps, en particulier d'avril à mi-mai, oscille entre l’hiver et l’été. On peut connaître des épisodes d’une grande douceur, qui voit la végétation s’activer vivement, et d’autres bien plus froids, qui peuvent brûler les jeunes fleurs des arbres fruitiers, ou les nouvelles pousses récemment semées. Cette année, le mois d'avril a été particulièrement ensoleillé. Les récentes pluies sont accueillies comme une bénédiction par la végétation, en particulier les Hortensias, de grands soiffards comme le rappelle Stéphane Marie.

Comment protéger son jardin des gels printaniers ?

Si vous craignez un coup de gel, aillez recours aux voiles d’hivernage. Il suffit d’en recouvrir vos pots ou jardinières, en particulier au pied. Le mieux, si c'est possible, reste de rentrer vos pots, dans le garage ou même à la maison. Un petit sujet en pleine terre, comme un rosier nouvellement planté, aimera quant à lui être entouré d’une double épaisseur de voile d’hivernage. Vous trouverez du voile d'hivernage dans toutes les jardineries.

Pour les petites plantations, vous pouvez avoir recours au paillage. La paille est particulièrement chaude, elle aidera vos plantes à lutter contre le froid.

Dernier conseil : n’arrosez surtout pas quand les températures baissent. Qu’elles soient en pot en ou pleine terre, vos plantes au printemps peuvent tout à fait supporter la soif quelques jours. En revanche, les arroser alors qu’il peut geler la nuit serait les condamner. L’eau va accélérer la baisse de la température du sol, voire geler. Et là, c’en sera fini de votre jardinière de plantes aromatiques ou de votre jachère fleurie.

Les Saints de glace, qu’est-ce que c’est ?

Jusqu’à la Saint Mamert le 11 mai, la Saint Pancrace le 12 mai et la Saint Servais le 13 mai, les jardiniers surveillent leurs végétaux avec la plus grande attention. Au potager, ils ne repiqueront les plantes sensibles au gel comme la tomate ou la courgette qu’une fois ces dates passées. Car, selon la croyance populaire, jusqu’à

(...) Cliquez ici pour voir la suite