Publicité

Une saison des ouragans dans l'Atlantique "proche de la normale" cette année, selon des prévisions

La saison 2023 des ouragans dans l'Atlantique sera "proche de la normale", avec entre un à quatre ouragans de catégorie 3 ou plus, selon les prévisions des services météorologiques américains jeudi. Elle s'étend de début juin à fin novembre.

Malgré ces statistiques, "il suffit d'une seule tempête pour dévaster votre communauté", a toutefois averti Rick Spinrad, à la tête de l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA), qui publie ces prévisions.

Au total, il pourrait se développer entre 12 et 17 tempêtes (avec des vents de plus de 62 km/h) auxquelles sera attribué un nom, selon NOAA. Entre et cinq et neuf pourraient devenir des ouragans (plus de 119 km/h), dont entre un à quatre de catégorie 3 ou plus (à partir de 178 km/h).

Le phénomène El Nino derrière ces prévisions

Depuis plusieurs années, l'agence prédisait une activité supérieure à la normale.

Le phénomène météorologique La Nina -- qui se développe dans l'océan Pacifique équatorial mais a des conséquences pour toute la planète -- était présent depuis trois ans.

Mais l'agence américaine prédit maintenant avec quasi-certitude que le phénomène opposé, El Nino, devrait se développer cet été. Or celui-ci tend à modérer l'activité des ouragans dans l'Atlantique, explique NOAA.

Cet effet pourrait toutefois être contrebalancé par des conditions favorables localement, a prévenu l'agence américaine.

Les ouragans plus puissants avec le réchauffement climatique

En 2022, l'ouragan Ian en particulier avait dévasté la Floride, faisant des dizaines de victimes et avait causé à lui seul plus de 100 milliards de dollars de dommages -- de loin la catastrophe météo la plus coûteuse du monde l'année dernière.

De façon générale, avec le réchauffement climatique, les ouragans deviennent plus puissants, alimentés par la surface des océans plus chaude, selon les scientifiques.

"Ces tempêtes vont continuer à se développer plus vite, elles vont être plus puissantes, elles dureront plus longtemps", a déclaré jeudi Deanne Criswell, à la tête de l'agence fédérale chargée de la réponse aux catastrophes naturelles (Fema).

"Il y a trois choses que tout le monde devrait faire aujourd'hui", a-t-elle dit: évaluer quels sont les risques encourus en fonction de son lieu d'habitation, s'assurer de recevoir les bonnes informations (via des systèmes d'alertes, les applications météos...), et savoir quoi faire en cas d'urgence. "Savez-vous où vous irez si l'on vous demande d'évacuer?", a par exemple demandé Deanne Criswell. "Le moment de se préparer est dès maintenant."

Article original publié sur BFMTV.com