"Salam", le documentaire de Diam's, a fait un carton au cinéma

DIAM’S - Diam’s attire toujours les foules. Son documentaire autobiographique Salam, co-réalisé avec Anne Cissé et Houda Benyamina, est sorti exceptionnellement au cinéma ce vendredi 1er et ce samedi 2 juillet, près d’un mois après sa projection à Cannes. Le film, dont vous pouvez visionner la bande-annonce en tête d’article, sera mis en ligne cet automne sur la plateforme BrutX.

Une sortie éclair dans 186 salles françaises qui a au total réuni 90.096 spectateurs, dont 50.000 sur la journée de vendredi, soit plus que Top Gun: Maverick (40.000 entrées mais à l’affiche depuis un mois).

“Un public jeune, assez féminin, très divers”, a confié au Parisien Guillaume Lacroix, cofondateur de Brut et producteur du documentaire.

Diam’s s’est d’ailleurs réjouie du succès de son documentaire sur son compte Instagram ce lundi 4 juillet. L’ex-rappeuse y a partagé un long message de remerciement, annonçant par la même occasion qu’elle quittait les réseaux sociaux.

“J’aurais aimé trouver les mots justes pour vous dire ce que je ressens mais je pense que je ne les trouverai jamais. Vous ne pouvez pas savoir combien j’ai pleuré, combien mon cœur a été touché , combien j’ai souri, combien j’ai remercié le Très Haut de recevoir tant d’amour. Vos messages, vos retours m’ont bouleversée et je pèse mes mots”, a-t-elle écrit.

“C’est si beau ce qu’il s’est passé avec Salam… si beau de constater que l’on peut encore partager de si beaux moments et de si profonds sujets”, a-t-elle ajouté. Et de conclure: “Je me coupe des réseaux sociaux mais je ne me coupe pas de vous... J’ai laissé un lien en bio où vous pouvez m’écrire.”

Salam a été une bonne rampe de lancement pour la Fête du Cinéma [manifestation qui débutait le lendemain et lors de laquelle toutes les séances sont à 4 euros, ndlr], a de son côté expliqué Philippe Godeau, qui a chapeauté la distribution du film en salles, dans les colonnes du quotidien.

A titre de comparaison, Coupez de Michel Hazanavicius, avec Romain Duris et Frère et sœur d’Arnaud Desplechin, avec Marion Cotillard, deux films français présentés au Festival de Cannes, ont attiré respectivement 100.000 et 73.000 spectateurs en 7 jours, lors de leur première semaine en salles.

Salam ne devait pas sortir au cinéma

D’après lui, “le film a aussi permis de faire venir des gens qui avaient perdu l’habitude d’aller au cinéma. Ces spectateurs ont pu partager des émotions dans des salles remplies de 200 personnes en moyenne, alors qu’en ce moment, les films français affichent des moyennes de 7 à 10 spectateurs par séance en moyenne…”

Comme le rapporte Le Parisien, il n’était au départ pas prévu que Salam soit proposé dans les salles obscures. C’est Philippe Godeau qui a convaincu Guillaume Lacroix de lui accorder une sortie exceptionnelle. Cependant, certains groupes, comme MK2 ou UGC, ont refusé le documentaire, car produit par une plateforme VOD.

Nul doute que le succès du documentaire devrait continuer à prospérer compte tenu de la popularité de Diam’s. Sa récente interview accordée Augustin Trapenard sur Brut a d’ailleurs été visionnée près de 20 millions de fois.

À voir également sur Le HuffPost: Ce docu sur Fort Boyard montre l’incroyable construction d’un fort... inutile

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles