En salles : le drame queer "LEÓN", ou la renaissance bouleversante d'une femme

Comment ne pas s'effondrer lorsque l'on perd sa moitié ? Récit d'une romance lesbienne endeuillée, "León" est un beau portrait de femme à découvrir en salles ce 26 juin. Douloureuse, la gravité y côtoie un désir de vivre qui palpite malgré tout.

Tenir un restaurant pour retrouver le goût de vivre : voilà l'ironie tragique à laquelle se confronte Julia. Celle qui non sans humour s'autoproclame "gouine écolo" est dévastée par la mort de sa compagne, Barby. Au lendemain de ce deuil, elle va devoir assurer la bonne tenue de l'établissement initié par sa moitié, tout en s'occupant du fils de celle-ci, León...

León, c'est justement le titre de ce joli film réalisé par les cinéastes argentins Andi Nachon et Papu Curotto, à découvrir dès ce 26 juin en salles obscures. Un portrait de femme subtil hanté par le chagrin mais également par l'amour, où vivre apparaît comme une forme de résistance. Emanent de cette proposition de cinéma une force queer et une empathie profonde, deux ingrédients qui font écho à la sensibilité d'un grand cinéaste, l'espagnol Pedro Almodovar.

Et cette délicatesse n'a rien d'anodin...

La comédienne argentine Carla Crespo tient sur ses épaules cette chronique d'une solitude féminine vulnérable et puissante à la fois

Au coeur de ce récit doux amer, c'est l'actrice argentine Carla Crespo qui porte le film sur ses épaules et lui confère toute sa palette d'émotions. Laquelle nous promène de la mélancolie ravageuse à quelque chose de beaucoup plus stimulant : en témoigne, la musique électro qu'écoute sans lassitude le personnage de Julia, meurtri par l'existence mais refusant de se figer.

Si cette chronique très intime est le récit d'une...

Lire la suite


À lire aussi

"Les plus précaires des précaires, ce sont les femmes" : cette recyclerie 100% féminine du Lot "ramène les femmes vers l'emploi"
Jeanne Balibar lumineuse dans ce beau portrait de femme à découvrir en salles
Alcool : les femmes pratiquent de plus en plus le "binge drinking", et c'est inquiétant