Samuel Churin : “Je me méfie énormément des annonces de Macron sur la culture”

Fabienne Arvers
(DR)

Comment réagissez-vous à l’annonce d'Emmanuel Macron accordant une année supplémentaire pour les intermittents, cette fameuse année blanche que vous réclamiez ?

Samuel Churin - Je vais vous décevoir, mais je ne sais pas ce que ça veut dire quand il parle des intermittents. Nous avons été échaudés dans le passé des centaines de fois, et tant que nous n’avons pas reçu la directive, je ne sais pas ce que ça signifie concrètement. Une personne qui a une date de renouvellement au 1er novembre 2020 sera-t-elle renouvelée jusqu’au 1er novembre 2021 ? Il a parlé d’août 2021. Si je prends la bouteille à moitié vide, c’est déjà ça, mais ce n’est pas grand-chose. Si je prends la bouteille à moitié pleine, pour les intermittents, c’est bien. Mais honnêtement, je ne sais pas. Et ce n’est pas pour faire de la critique. Tant que je ne vois pas sur un papier la façon dont est édictée la règle pour rattraper les choses, je ne peux pas commenter une phrase derrière laquelle on peut mettre ce qu’on veut. Je défie quiconque de la commenter.

Que manque-t-il à cette déclaration ?

Il manque beaucoup de choses parce que, depuis le début, je plaide pour tous les gens qui sont dans la discontinuité de l’emploi. Ce qui nous réunit tous, c’est qu’on est en CDDU, soit un contrat à durée déterminée dit d’usage. Je me bats également avec les intermittents de la restauration, de l’hôtellerie, etc. Déjà, ce qui me déplaît fortement, c

Lire la suite sur lesinrocks.com