Samuel Paty : un an après sa mort, ce nouveau dispositif pour "éduquer" les lycéens aux réseaux sociaux

·1 min de lecture

Démêler le vrai du faux. Alors que les canaux d'informations sont multiples et variés, nous sommes inondés de nouvelles. Souvent véridiques, mais parfois mensongères. Les fake news envahissent le terrain. Surtout à l'ère des réseaux sociaux. Parfois anodines, sans graves conséquences, mais quelquefois, avec des effets catastrophiques. Personne n'a oublié l'assassinat de Samuel Paty, décapité par un terroriste tchétchène de 18 ans, le 16 octobre 2020, alors qu'il sortait du collège de Conflans-Sainte-Honorine, où le professeur de 47 ans enseignait l'histoire et la géographie. Comment son assassin en est venu à le viser directement ?

À cause de menaces à l'encontre du professeur sur les réseaux sociaux. À cause du mensonge d'une collégienne. L'adolescente de 13 ans avait accusé l'enseignant d'avoir discriminé les élèves musulmans, lors d'un cours sur la liberté d'expression où il avait montré deux caricatures de Mahomet publiées par Charlie Hebdo, alors qu'elle n'était même pas présente en cours ce jour-là. La campagne de dénigrement lancée par le père de la collégienne sur les réseaux sociaux a abouti au triste dénouement.

Près d'un an après, un dispositif, Des-Infox, à l'initiative de la confédération des MJC (maison de la jeunesse et de la culture), avec le soutien du Ministère de l'Éducation nationale et du Ministère de la Culture, est lancé à Conflans-Sainte-Honorine, la ville même où Samuel Paty a été assassiné. Le 28 septembre 2021, des élèves de seconde du lycée Jules-Ferry (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles