Samuel Paty : l'institution jugée réactive mais manquant de surveillance sur internet

·1 min de lecture

Un rapport de l'inspection générale de l'Education se penchant sur les événements survenus dans le collège de Samuel Paty avant son assassinat a confirmé jeudi la réactivité de la prise en charge de l'institution mais souligne un défaut de surveillance des réseaux sociaux. Au début du mois d'octobre, ce professeur d'histoire-géographie de 47 ans avait montré à ses élèves des caricatures du prophète Mahomet, lors d'un cours sur la laïcité, qui avait créé la polémique auprès de certains parents. Il avait également subit des menaces sur les réseaux sociaux. Dix jours plus tard, il a été assassiné par un Tchétchène radicalisé, à la veille des vacances.

"Les dispositions ont été prises avec réactivité"

"La reconstitution du déroulement des faits tend à montrer que, tant au niveau de l'établissement qu'aux niveaux départemental et académique, les dispositions ont été prises avec réactivité pour gérer le trouble initialement suscité par le cours sur la liberté d'expression de Samuel Paty", écrit l'inspection générale de l'Education dans un rapport rendu public jeudi soir. 

 

>> LIRE AUSSI -Assassinat de Samuel Paty : les mises en examen pour apologie du terrorisme se multiplient

La principale du collège "a accompagné le professeur dès le lendemain mardi quand elle a recueilli une première réaction d'une mère d'élève" et a alerté l'académie "dès le jeudi 8 avant même d'avoir rencontré le père de l'élève et l'individu qui l'accompagnait". 

"Le soutien de l'institution au professeu...


Lire la suite sur Europe1