Sandrine Kiberlain dans le coma après son accouchement : ce souvenir douloureux sur la naissance de sa fille

·2 min de lecture

Sandrine Kiberlain est une comédienne aux multiples facettes. Si elle peut à fois jouer des rôles dramatiques, elle adore interpréter des personnages dans des comédies. Mercredi 28 octobre 2020, c'est d'ailleurs dans ce deuxième registre que les téléspectateurs vont la retrouver puisqu'elle est à l'affiche du quatrième épisode de Dix pour cent, sur France 2. Contre toute attente, elle va vouloir se lancer dans le stand-up. Une expérience qui ne devrait pas du tout se passer comme prévue. Un nouveau challenge pour la comédienne de 52 ans qui a déjà traversé des épreuves très difficiles tout au long de sa vie. En effet, comme elle l'avait confié dans les colonnes de Psychologies en 2014, la naissance de sa fille, Suzanne, en 2000, aurait pu lui coûter la vie. Lors de son accouchement, les médecins lui ont découvert deux caillots de sang dans le cerveau. Pour qu'elle s'en sorte sans séquelle, les médecins n'ont pas eu d'autres choix que de la plonger dans le coma, pendant deux jours, juste après son accouchement.

"J'ai été absente de tout. C'est une sorte de sommeil profond dont vous vous réveillez finalement sans savoir que vous vous étiez absentée, jusqu'à ce que les gens vous disent, à votre réveil : 'Cela a duré deux jours, on a cru que tu allais mourir !'", avait-elle raconté. Une expérience traumatisante pour la jeune mère de famille qui a décidé de changer sa vision de vie. "Non seulement, j'étais vivante, mais en plus, j'avais un enfant : c'était comme un départ à 2.000 km/h. Pendant longtemps, je crois que j'ai eu besoin d'être tout le temps avec ma fille, comme pour tenter de rattraper ce temps perdu." Deux ans après avoir vécu cette dramatique expérience, elle a ressenti le besoin de changer. "Avant, je crois que j'étais un peu flottante, je me laissais porter. J'ai longtemps été insouciante et très protégée. Puis les épreuves sont arrivées de manière très groupée et le réveil a été brusque", avait ainsi raconté la mère de famille.

À lire aussi : Sandrine Kiberlain (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite