Et si Sandrine Rousseau était la future présidente de l'Assemblée Nationale ?

Alors que le Nouveau Front Populaire, union des gauches, est arrivé en tête du second tour des élections législatives, l'écologiste Sandrine Rousseau semble porter son regard vers une autre nomination...

Et si Sandrine Rousseau devenait la présidente de l'Assemblée Nationale le 18 juillet prochain, lors de la première séance publique de la législature ?

Ce rôle prestigieux, jusqu'ici tenu par Yaël Braun-Pivet, semble intéresser l'élue du 13ème arrondissement - passée au premier tour des élections législatives, fin juin. Effectivement, c'est la députée écoféministe elle-même qui l'a volontiers déclaré sur les ondes de Sud Radio ce 9 juillet 2024 : "Oui, j'aimerais bien être candidate à la présidence de l'Assemblée nationale, je pense que je respecterais bien plus les équilibres démocratiques que cela n'a été fait jusqu'à présent".

Une éventuelle candidature qui, tout en se confrontant à la réticence de l'actuelle Présidente (qui occupe ce poste prestigieux depuis deux ans désormais, et ne paraît guère enthousiaste à l'idée de le quitter) pourrait ne pas susciter l'unanimité auprès des 577 députés de la XVIIe législature...

Une femme politique féministe à la tête de l'Assemblée ?

D'aucuns s'interrogent sur la possibilité que l'écoféministe obtienne la majorité absolue des suffrages exprimés. Car Sandrine Rousseau est de ces figures politiques très médiatisées qui suscitent des réactions exacerbées sur les réseaux sociaux. Des plateformes où elle est hyperactive quotidiennement. En vérité, c'est un malheureux pléonasme : l'écologiste est plus souvent victime de cyberharcèlement.

Tout simplement.

L'an...

Lire la suite


À lire aussi

Deadpool & Wolverine : Et si le coeur du Marvel de l'année était la star non binaire Emma Corrin ?
"Et si c'était votre fille ?" : au Canada, les femmes autochtones sont assassinées, mais qui s'en préoccupe au juste ?
C'est sûr, Sydney Sweeney sera la future reine des comédies romantiques