Santé, éducation, justice… le constat accablant du déclin des services publics en France

Neuf mois de travail, environ 300 pages de rendu, et plus d’une centaine d’experts impliqués dans la rédaction. Jeudi 14 septembre, le collectif Nos services publics a présenté son “Rapport sur l’état des services publics”, qui dresse un constat sans appel sur les besoins non pourvus chez les particuliers. Les auteurs ont passé au crible plusieurs grands services de proximité, dont nos concitoyens déplorent régulièrement “la dégradation” : la santé, l’éducation, la justice, la sécurité, les transports ou encore les finances publiques. Les auteurs ont ensuite tenté de dresser, dans les grandes lignes, les évolutions des besoins de la population depuis 40 ans, en comparant l’évolution de ces besoins avec les ressources réellement disponibles.

“Dans le débat public, le sentiment croissant d’urgence et de dégradation des services publics s’exprime essentiellement à travers un discours déplorant des services publics qui s’effondrent”, expliquent en préambule les auteurs. En réponse à ce discours, ils ont donc essayé, à l’aide d’une centaine de contributeurs - chercheurs, agents de terrains, hauts fonctionnaires - (dont beaucoup, en raison de leurs fonctions, ont souhaité rester anonymes), de décrire l’état des besoins non pourvus. Et ont donc produit un rapport permettant d’objectiver si, oui ou non, l’état des services publics s’est dégradé ou non au cours des dernières années. Voici quelques-uns de leurs constats qui illustrent leurs travaux.

Premier problème constaté concernant l’offre (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite