Publicité

Santé : que dit la science sur les troubles psychosomatiques ?

Aujourd’hui encore, un nombre non négligeable de patients présente des symptômes qui restent « médicalement inexpliqués ». Peut-on encore parler de troubles psychosomatiques ? Laurent Vercueil, neurologue hospitalier au CHU de Grenoble Alpes, Christo Bratanov, neurologue et chercheur à l’université Grenoble Alpes, et Pascal Hot, professeur des universités à l’université Savoie Mont Blanc, font le point.

Récemment, l’ancien premier ministre Édouard Philippe s’interrogeait sur les possibles effets du stress sur l’évolution singulière de sa pilosité [en plus du vitilogo, il est touché par l’alopécie, qui entraîne une perte des poils et/ou des cheveux, ndlr]. Se pourrait-il qu’une telle modification d’apparence soit effectivement la trace des effets de l’esprit sur le corps ? Autrement dit, un trouble psychosomatique ?

À lire aussi Qu’est-ce que l’alopécie ?

Si, au cours des années 1960 à 1970, cette notion a connu une fortune à la fois scientifique et populaire, elle est aujourd’hui tombée dans une relative désuétude.

Où en est actuellement la science sur cette question ? Et quelles sont, ou devraient être, les conséquences des connaissances actuelles sur la prise en charge médicale de tels troubles ?

Un concept ancien

Sorti sur les écrans en 1980, le film d’Alain Resnais Mon oncle d’Amérique constitue une bonne illustration d’une époque où de nombreuses maladies étaient imputées au « stress ».

On y voit notamment le personnage incarné par l’acteur Gérard Depard...


Lire la suite sur LeJDD