Santé mentale au travail : souffrez-vous de "quiet quitting" ?

![CDATA[Shutterstock / KieferPix]]

"Quiet quitting", on lit ce terme partout, qui se traduit en français par "démission silencieuse". Mais que veut-il dire exactement ? Qu'implique-t-il du point de vue de la santé mentale au travail ? Comment savoir si l'on souffre ? Explications.

Souffrez-vous de quiet quitting ?

En gros les "symptômes" du quiet quitting sont les suivants : on ressent un désengagement professionnel, un sentiment d'être fatigué psychiquement, usé, un manque de motivation. On se dit que notre emploi, notre tâche, notre entreprise n'ont pas vraiment de sens... Le quiet quitting découle du fait de ne pas être épanoui au travail, comme en témoignent des vidéos d'employés qui se filment à s'ennuyer au bureau, sur les réseaux sociaux. On se dit qu'on n'a d'autre choix que de travailler, et on le fait avec une forme de mal-être. Pour s'éviter de trop en souffrir, on démissionne silencieusement, c'est-à-dire que l'on s'engage au minimum pour se préserver.

Concrètement, cela se traduit par le fait de se cantonner aux heures de bureau, de faire du présentiel et le "minimum syndical". On remplit sa tâche, celle pour laquelle on est payé, ce qu'il y a d'inscrit dans le contrat.

En revanche, quand les 35 heures sont passées, on déconnecte : on ne lit pas un mail sur son smartphone en dehors du boulot, on ne répond pas à un call professionnel. Lorsqu'il s'agit d'être à l'origine d'initiatives pour la boîte, ou encore d'accepter une mission qui demande de sortir de sa zone habituelle, (...)

Lire la suite sur Topsante.com

Avec Kipli, découvrez les bienfaits d'un matelas hybride en latex 100% naturel
Kipli : et si on investissait dans un matelas en latex 100% naturel pour (enfin) mieux dormir ?
3 questions à Aurélie Casse (BFM TV)
Adaptation, investissement relationnel ou au travail... Quels sont les avantages à être une personne gentille ?
Masseur de tête : le top des masseurs électriques sur Amazon