Santé mentale : j’ai testé des applications pour la sobriété

© Getty Images / The Good Brigade

Dans l’espoir de diminuer ma consommation d’alcool et d’avoir un œil sur les variations de mes humeurs, j’ai téléchargé deux applications dédiées. Après trois mois de test, voilà ce que j’en ai retiré.

« Faites le point sur vos humeurs et vos progrès », « félicitations, cela fait maintenant X temps que vous êtes sobre ! » Il est 20h, et je reçois simultanément deux notifications des programmes que j’ai téléchargés pour monitorer ma santé mentale et suivre ma consommation d’alcool. Voilà maintenant un mois et demi que « I am sober », une application dédiée au comptage de la sobriété, et « Daily Bean », une application où l’on documente sa vie quotidienne pour analyser l’évolution de son humeur, accompagnent mes journées.

Lire aussi >> Boire de l’alcool, même en petite quantité, serait néfaste pour le cerveau

Les retours de plusieurs ami.es qui ont décidé de réduire leur consommation ou de stopper net m’avaient convaincue de passer le cap. À la clé, selon elles et eux, moins de soucis digestifs et plus d’énergie ! Après trois mois de sobriété, il est temps de me pencher sur l’efficacité réelle de ces applications, avec les éclaircissements d’une addictologue.

J’ai testé « I am sober » pour arrêter l’alcool

Mi-mars, je me suis donc lancé le défi d’arrêter l’alcool, un peu comme un Dry January – que j’avais testé deux années plus tôt, avec plus ou moins de succès. Pour cela, j’ai décidé d'avoir pour parrain l’application « I am sober », qui propose de réguler plusieurs types d’addictions, parmi lesquelles le porno, le sexe, les drogues ou encore les achats...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles