Santé mentale : un rapport alerte sur l'augmentation de la prise d'antidépresseurs chez les enfants et les ados

Pexels

Ils sont "des dizaines de milliers" d'enfants à se voir prescrire des traitements pour lutter contre la dépression et les troubles de l'humeur. Dans un récent rapport, publié le 7 mars dernier, le Haut Conseil de la famille, de l'enfance et de l'âge (HCFEA) alerte sur l'augmentation inquiétante des prescriptions de psychotropes, d'antidépresseurs, d'hypnotiques et de sédatifs chez les enfants et les adolescents âgés de 6 à 17 ans. "Il faudrait être aveugle aujourd’hui pour ne pas faire de la santé mentale des enfants et des adolescents une priorité et une urgence des politiques de santé, comme le recommande l’OMS", alerte Sylviane Giampino, présidente du Conseil de l’enfance et de l’adolescence du HCFEA, relayée par La Dépêche, précisant que la France figure désormais parmi "les pays les plus prescripteurs d’Europe".

Sur le même sujet ⋙ Après des chiffres alarmants, un plan d’urgence pour la santé mentale des jeunes demandé au gouvernementSanté mentale : plus d’un adolescent sur deux souffre d’anxiété ou de symptômes dépressifs

Et pour cause, selon les données collectées par le HCFEA, la consommation de psychotropes chez l'enfant et l'adolescent a augmenté de 49 % pour les antipsychotiques, de 63 % pour les antidépresseurs et de 155 % pour les hypnotiques et les sédatifs entre 2014 et 2021. Rien que pour cette année-là, la prescription d'anxiolytiques a augmenté de 16 %, de 224 % pour les hypnotiques et de 23 % pour les antidépresseurs. "Ce phénomène de sur-médication ne concerne (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Enfant décédé : l’Assemblée vote pour l’allongement du congé pour les parents
Maternité : un rapport choc liste 100 établissements français où il devient dangereux d’accoucher
Tout savoir sur le "Fri for Mobberi", une technique danoise pour lutter contre le harcèlement scolaire
Anniversaires, Noël... On vous décrypte la règle des 4 cadeaux, pour en finir avec la surconsommation
Les députés autorisent le retrait de l’autorité parentale en cas de condamnation pour violences intrafamiliales