Santé mentale, sexualité, addictions : la Ciivise alerte sur les conséquences à long terme de l'inceste

Getty Images

Un rapport édifiant. Le 21 septembre 2021, la Commission indépendante sur l’inceste et les violences sexuelles faites aux enfants (Ciivise) lançait un appel à témoignages à destination des femmes et des hommes ayant été victimes d’inceste lorsqu’ils étaient enfants. Un an et 16 414 témoignages plus tard, la Ciivise dresse un bilan terrible. Effectivement, comme l’indique son rapport final, publié ce mercredi 21 septembre 2022, les victimes de violences sexuelles dans l'enfance subissent des conséquences traumatiques à l'âge adulte. Impacts sur la santé mentale et physique, les relations familiales, la vie professionnelle, la sexualité, l’alimentation ou les addictions… la liste est (très) longue.

Parmi les séquelles ressenties par les victimes d’inceste à l’âge adulte, la Ciivise pointe en premier lieu des troubles psychotraumatiques, qui se retrouvent chez presque 100 % des sujets. Plus de huit victimes sur dix estiment que les violences sexuelles ont eu un impact sur leur confiance en soi et sur leur santé psychique.

L’inceste peut également causer des troubles de la personnalité et du comportement. "Près d’une femme sur deux décrit des troubles alimentaires et près de quatre hommes sur dix font état de problèmes d’addiction", révèlent les membres de la commission, évoquant notamment des cas d’anorexie ou de boulimie et de dépendance à l’alcool, aux médicaments ou à la drogue. À côté de cela, des conduites d’évitement, de l’agressivité, des tentatives de suicide, des dépressions (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

États-Unis : en Arizona, le droit à l’avortement bientôt encadré par une loi datant du 19e siècle
Accusé de violences psychologiques envers son ex-compagne, Julien Bayou démissionne d’EELV
Les femmes bisexuelles pourraient être plus vulnérables aux violences domestiques
Marilyn Manson visé par une enquête pour violences et agressions sexuelles : pourquoi ça risque de piétiner
Plus les hommes aiment la viande rouge, plus ils sont sexistes (et c’est une étude qui le prouve)