Sara Giraudeau : « J’ai été dans une quête de sensations fortes »

·2 min de lecture

Dans « Médecin de nuit », d’Elie Wajeman, l’actrice révèle un visage inédit, sensuel et sombre. L’occasion de s’embarquer avec cette jeune maman solaire sur tous les sentiers de son métier.

Qu’est-ce qui vous plaît dans l’univers d’Elie Wajeman ?
Sara Giraudeau - J’ai été séduite par le côté sensoriel de ses précédents films, Alyah et les Anarchistes. Ce n’est pas un cinéaste qui se regarde filmer, il joue sur les sensations. Mais c’est avant tout le scénario de Médecin de nuit qui m’a incitée à explorer son univers, car, à la lecture, tout me plaisait.

Avec ce projet, il vous offre aussi un rôle inédit...
Sara Giraudeau - C’est exact, car, jusqu’ici, on m’a plus souvent vue dans des personnages solaires que dans la peau de femmes sombres comme celle-ci. Sofia est une fille assez vampirique. Le duo qu’elle forme avec Pio Marmaï me fait penser à un couple de vautours, ce sont les oiseaux noirs du héros – un médecin qu’incarne Vincent Macaigne – parce qu’ils reviennent sans cesse le hanter.

L’aspect sophistiqué de ce personnage vous a-t-il aidée ?
Sara Giraudeau - C’était une vraie composition, car je n’ai pas du tout ce côté apprêté dans la vie. Au départ, Elie voulait que je me teigne en blonde platine pour que mon visage ressorte dans la nuit, mais nous avons finalement opté pour une chevelure gominée en arrière et des yeux charbonneux. Malgré ma petite voix, cela a suffi à rendre le personnage plus noir et à lui donner une forme de sensualité.

Est-ce amusant de jouer les maîtresses ?
Sara Giraudeau - Oui, car je ne m’y suis pas souvent essayée. L’intérêt, ici, était de...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles