Sarah Abitbol : la championne de patinage révèle avoir été violée par son entraîneur à 15 ans

29 ans de silence… qu’elle a tenu à briser. À 44 ans, Sarah Abitbol, 10 fois championne de France, vice-championne d’Europe et médaillée de bronze aux championnats du monde de patinage artistique, dénonce les viols commis par son ancien entraîneur entre 1990 et 1992. La sportive, qui publie un livre choc intitulé Un si long silence (ed. Plon) se confie sur les abus sexuels dont elle dit avoir été victime dans une interview particulièrement forte accordée à L’Obs, en kiosque mercredi 29 janvier 2020. “15 ans. Une jeune fille de 15 ans avec son entraîneur de 35 ans”, commence Sarah Abitbol. “C’est normal, ce qu’il se passe ? C’est normal qu’il abuse de jeunes filles comme ça, qui sont des enfants qui viennent s’entraîner, qui veulent devenir des champions ?” Elle raconte ensuite son histoire, avec force détails.

“1990, j’ai 15 ans, je pars en stage de patinage artistique”, recontextualise Sarah Abitbol. “L’entraîneur qui s’occupe du stage, du management, c’est lui qui fait le jour et la nuit [...] Nous sommes toutes les filles dans des boxs séparés mais il n’y a pas de porte. Ce sont des boxs ouverts. Cet entraîneur a pour habitude de venir avec sa lampe torche et de vérifier si les filles sont bien à l’étage des filles et les garçons aux étages des garçons. Et un jour, cet entraîneur me réveille avec sa lampe. Il est assis sur mon lit. Il s’est approché tout doucement et il s’est mis à m’embrasser voire plus. J’avais ma petite chemise de nuit, évidemment. On m’a toujours appris à mettre qu’une petite chemise de nuit pour bien dormir. Il a commencé à faire des choses horribles jusqu’aux abus sexuels et j’ai été violée à 15 ans. C’était la première fois qu’un homme me touchait. J’espérais qu’il ne revienne pas [...] Mais il est revenu [...] Et ça continuait, ça continuait.”

⋙ Mort de Kobe Bryant : ce viol dont il avait été accusé en 2003

Sarah Abitbol n’a jamais porté plainte et les faits sont désormais prescrits. “Je voulais simplement m’en sortir”, explique-t-elle. “Je

(...) Cliquez ici pour voir la suite