Sarah Ferguson sur l’acharnement médiatique : « je croyais chaque mot des tabloïds »

·1 min de lecture

Dans une interview accordée à « People », Sarah Ferguson est revenue sur l’acharnement médiatique auquel elle et Lady Di ont dû faire face dans les années 80. 

Sarah Ferguson se livre sans fard sur ses expériences passées avec les tabloïds. Si elle est aujourd’hui une mère épanouie avec les princesses Beatrice et Eugenie d’York et qu’elle est une figure très appréciée des inconditionnels de la monarchie britannique, elle a pourtant dû essuyer de nombreuses critiques lors de son entrée au sein de la famille royale. Dès l’annonce de ses fiançailles avec le prince Andrew en 1986, elle est en effet devenue la cible favorite de la presse et des paparazzi, qui n’auront de cesse de la traquer et de passer au crible chacune de ses apparitions. Un traumatisme qu’elle évoque ce mercredi 15 juillet, dans les colonnes du magazine « People ». « J’ai eu de gros problèmes de santé mentale à cause de ce traumatisme. Cela m’a demandé beaucoup de travail parce que je croyais chaque mot que les premières pages des tabloïds pouvaient dire de moi. J’avais honte de moi. Je suis d’une sensibilité stratosphérique », débute-t-elle. « Je n’oublierai jamais le moment où je suis entrée un jour pour voir mes filles en leur disant : “Je suis tellement désolée les filles, parce que je pense vraiment que je me suis détruite.” C’était vraiment sombre. J’ai dû travailler dur sur l’auto-sabotage pour pouvoir l’expliquer. »

Sarah Ferguson, sans cesse comparée à Lady Di 

Lors de ses premières années de mariage avec le prince Andrew, Sarah Ferguson va régulièrement être comparée à Diana...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles