Savez-vous vraiment ce que contiennent les pots d’épices et d’herbes aromatiques vendus en supermarché ?

·1 min de lecture

Des feuilles d’olivier dans l’origan, de l’amidon dans le cumin, des colorants dans le safran, du grignon d’olive dans le paprika… Voilà ce qui a été retrouvé dans les pots d’épices et d’herbes aromatiques vendus en grandes surfaces par la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF). C'est le résultat de l’enquête en cours depuis 2019 portant sur l’analyse de 138 prélèvements français et européens entre juillet et octobre 2019. Toutefois, la DGCCRF a révélé que la qualité de ces produits était en légère hausse par rapport à l’enquête précédente de 2016.

L’enquête a fait ressortir que du safran vendu comme de la “fleur de safran” était en réalité constitué à 100 % de fleur de carthame, un curcuma alimentaire. Certains pots sont également remplis avec des “substances en charge” pour réduire la quantité de safran, qui est l’épice la plus chère au monde (jusqu’à 1 000 € le kilo en grandes surfaces, voire 30 000 € s’il a été cultivé en France). Avec ses 81 % d’anomalies, c’est l’épice qui en présente le plus… En seconde position, on retrouve les poivres (59 %). Les paprikas et les currys arrivent en troisième place (54 %), puis les curcumas (41 %). Enfin, les autres épices et mélanges présentent des anomalies dans 35 % des cas.

À lire le rapport de l'enquête, il ne suffit malheureusement plus de lire les étiquettes de ce qu’on achète pour y voir plus clair. L’expert a démontré que dans un quart des contrôles effectuées, des anomalies (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles