Tout savoir sur la chaleur tournante

Zoom sur la chaleur tournante

Il est coutume généralement d’opposer la chaleur tournante à la convection naturelle. Pourquoi ? Parce que la première utilise un ventilateur pour répartir uniformément la chaleur au sein de la cavité tandis que la seconde la chauffe de manière verticale. On comprend donc logiquement que ces deux technologies offrent des cuissons différentes. La convection naturelle est lente et précise, là où la chaleur tournante sera plus rapide et plus homogène. Assez simple, non ? Alors, compliquons un peu les choses ! Dans la grande famille des appareils à chaleur tournante, on distingue :

la chaleur pulsée : la résistance circulaire et la turbine de ventilation sont situées au niveau de la paroi arrière de l'enceinte ;la chaleur brassée : les résistances sont situées au niveau de la sole et de la voûte. La chaleur produite par leur fonctionnement simultané est répartie par une turbine localisée sur la paroi arrière.Pourquoi utiliser la chaleur tournante ?

De nombreux marmitons ne jurent que par la chaleur tournante. S’il est vrai qu’elle possède de nombreux atouts, elle se prête pourtant davantage à certains types de cuisson plutôt qu’à d’autres. Par exemple, la chaleur tournante est idéale pour cuire de grosses pièces de viande ou de poisson. Elle est également recommandée dès qu’il s’agit de dorer un gratin de courgettes ou des lasagnes, car elle va répartir la chaleur dans l’ensemble du four tout en préservant l’humidité à cœur des produits. Mais l’atout indéniable de ce mode de cuisson réside dans le fait qu’il offre la possibilité de cuire plusieurs plats simultanément. En utilisant la chaleur tournante, vous pourrez aisément cuisiner un bon rôti sur la grille du haut et des pommes de terre sur celle du bas ! Vous pouvez même aller jusqu’à mélanger le sucré et le salé en même temps puisque la ventilation permanente de la chaleur évite le mélange des odeurs.

Et la convection naturelle, alors ? 

Si la chaleur tournante sert à cuire idéalement tous les

(...) Cliquez ici pour voir la suite