Tout savoir sur la Chandeleur

D’où vient la tradition de la Chandeleur ?

De la Chandeleur, il ne reste aujourd’hui qu’une crêpe-party en famille ou entre amis, où l’essentiel est de se faire plaisir avec des recettes de crêpes originales ou classiques qui ont fait leurs preuves. Mais comment en est-on arrivé là ?

L’origine de la Chandeleur remonte au début de l’ère chrétienne. Selon la tradition, Marie présenta Jésus au Temple quarante jours après sa naissance le 24 décembre, comme c’était alors la coutume, ce qui nous amène au 2 février. Après l’Épiphanie, la Chandeleur marque donc la fin du cycle des fêtes de Noël.

Au Ve siècle, avec le pape Gélase Ier, la fête se mêle à un ancien rituel païen qui souligne le lent retour de la lumière. Le pape organise en outre des processions aux flambeaux pour l’occasion, et fait distribuer des crêpes aux pèlerins qui se rendent jusqu’à Rome. La tradition a retenu ces deux points : des chandelles et des crêpes, pour le plus grand plaisir de tous : alors qu’il fait si froid dehors, quel plaisir de se retrouver au chaud, devant une belle pile de crêpes et un grand choix de garnitures !

Pourquoi fêter la Chandeleur ?

Aujourd’hui, fêter la Chandeleur est avant tout une bonne occasion de se retrouver entre amis pour partager un moment convivial autour des crêpes, que les convives sont bien rares à ne pas aimer… Gourmandes, les crêpes sont idéales pour lutter contre les rigueurs de l’hiver le temps d’une soirée plaisir.

Mais la Chandeleur est aussi l’occasion de se porter chance pour l’année qui vient dans plusieurs domaines. En effet, cette fête est aussi liée à des rites païens en lien notamment avec la richesse et la fertilité, dont on retrouve l’idée dans le carnaval. Ce dernier est en effet une grande fête où les masques et les maquillages modifient les apparences jusqu’à ce que le bonhomme de carnaval soit brûlé pour Mardi gras, annonçant le Carême et l’arrivée d’un nouvel ordre.

Avant sa version chrétienne, le carnaval existait déjà dans l’esprit des lupercales romaines

(...) Cliquez ici pour voir la suite